Big Data, une autre époque de quantification

Big Data, une autre époque de quantification 150 150 webmestre

Big Data, une autre époque de quantification

Journée Nationale d’Etudes 2016 du réseau des Urfist : partage des données de la recherche (modèle scientifiques, évaluation, services, compétences)
Intervenant : Dominique Boullier, Social Media Lab
Un résumé en sketchnote de Magalie Le Gall

 

Support de l’intervention
Le big data « social » est exploité par des agences qui traitent en masse ces données et qui génèrent des corrélations prédictives pour les marques et pour les plateformes du web. Au-delà de « la société » et de « l’opinion », qui sont les deux premières époques de la quantification moderne des sciences sociales, apparaissent de nouvelles entités – les traces – candidates à une théorisation en termes de « vibrations », si l’on veut bénéficier de cette traçabilité généralisée d’entités au caractère encore incertain. Les phénomènes de haute vibration collective existaient avant l’émergence des réseaux numériques, mais ils laissent désormais des traces qui peuvent être calculées. La troisième génération de sciences sociales qui émerge doit assumer la particularité de ce monde des données créées par les réseaux numériques, sans tenter de les réduire aux catégories des sciences de la société ou de l’opinion.

Laisser un commentaire