Enjeux et bénéfices : fiche synthétique

Publié le 27/11/2017 | Mis à jour le 08/08/2018

Objectifs

Après avoir consulté cette ressource, vous devriez être capable de :

  • Citer 1 raison pour laquelle le partage des données de recherche est obligatoire ;
  • Expliquer comment le partage des données augmente la visibilité du travail des chercheurs ;
  • Citer 2 raisons pour lesquelles le partage des données est bénéfique pour la science.

Le partage des données va de pair avec une bonne gestion des données. En effet, pour pouvoir être diffusées, les données doivent avoir été au préalable décrites, documentées, conservées dans un format réutilisable, etc. Mais pourquoi partager ses données ? Quels sont les enjeux pour les acteurs de la recherche, la science en général et la société ?

Pour les chercheurs

De nouvelles exigences et opportunités

– Le Plan national pour la science ouverte met en place des mesures dont certaines visent à structurer et ouvrir les données de la recherche;
– Le partage des données permet d’accroître la visibilité du travail des chercheurs.

Exemple

– Les données de recherche issues de programmes financés par appels à projets sur fonds publics doivent être diffusées ouvertement.
– Les données partagées deviennent citables et la paternité du chercheur est reconnue.

Pour la science

De nouvelles perspectives

Le partage des données permet aux chercheurs de s’appuyer sur un socle plus important et ouvre la voie à de nouvelles méthodes d’investigations.

Exemple

Utiliser des bases de données de référence, approcher de différentes façons un même jeu de données…

Une meilleure validation

  • L’accès aux données améliore les conditions de validation des articles. Aussi le dépôt des données est de plus en plus demandé par les comités de lecture.
  • La réutilisation des données par d’autres chercheurs peut amener au réexamen des résultats initiaux.

Pour la société

Un meilleur usage de l'argent public

La réutilisation des données permet un meilleur usage de l’argent public et dynamise les relations entre la recherche et la société.

Exemple

Implication des citoyens dans le cadre des sciences participatives.

Le saviez-vous ?

La croissance très importante du nombre de données dans le domaine scientifique mais aussi en général (Big data) présente à la communauté scientifique des champs et des exigences nouvelles (Data Driven Science, Humanités Numériques).

  • Quelques enjeux et bénéfices de la gestion et du partage des données de la recherche

    De nouvelles exigences et opportunités pour le chercheur

    • Le Plan national pour la science va se déployer selon 3 axes. Le deuxième, qui concerne les données, oblige notamment les projets financés sur fonds publics à diffuser ouvertement leurs données (sauf exceptions légales). Les Plan de gestion de données seront aussi généralisés et les équipes ayant réalisé un travail exemplaire dans ce domaine recevront un prix.
    • Le partage des données peut être une condition pour l’obtention du financement de projets scientifiques. Par exemple, pour obtenir un financement dans le cadre d’Horizon 2020, il est nécessaire de préparer un Plan de gestion des données.
    • Pour la publication d’un article, certains éditeurs recommandent, voire exigent, l’accès aux données. Par exemple, l’éditeur PLOS ONE oblige les auteurs d’un article à rendre accessibles toutes les données sous-jacentes aux résultats rapportés dans l’article soumis.
    • Les chercheurs peuvent mieux promouvoir leurs recherches et être cités, car les données rentrent dans le processus d’édition scientifique (dépôt de données, publication de data papers).

    De nouvelles perspectives pour la science

    • Rendre ses données disponibles offre une meilleure garantie contre la fraude scientifique.
    • Partager ses données nécessite d’adopter de bonnes pratiques de gestion des données (décrire les données, les documenter, les pérenniser…) ce qui améliore la qualité du travail de recherche.
    • Le coût engendré par la création, la collecte, le traitement des données peut être très élevé. Réutiliser des données déjà existantes plutôt que de les recréer permet de rentabiliser la recherche, d’accélérer l’innovation et le retour sur investissement dans la Recherche et Développement.
    • La constitution de bases de données permet la fouille de données (Text Data Mining), de les extraire, de les recouper et d’en construire des visualisations. Ces nouveaux procédés facilitent l’initiative de nouvelles recherches et leur interdisciplinarité.
    • Le déluge des données numériques (Big Data) impacte la manière de faire de la recherche scientifique. On parle de Data Driven Science, une démarche qui automatise les découvertes en exploitant la puissance des ordinateurs pour trouver des corrélations parmi de grandes quantités de données.

    Un meilleur usage de l’argent public et un retour pour la société

    • Les recherches financées par l’argent public doivent pouvoir bénéficier à tous. Ouvrir les données rend la recherche plus transparente, renforce la confiance des citoyens et leur permet de s’impliquer (dans le cadre des sciences participatives par exemple).
    • Les données générées par l’Open Data et le Big Data offrent un terrain d’exploitation à la recherche scientifique, qui en retour peut éclairer la société sur ses évolutions les plus récentes.

ÉVALUER

Envoi
User Review
0 (0 votes)

PARTAGER

Laisser un commentaire